MON DERNIER RECIT 24 (EXTRAIT)

Publié le par ANTONIO MANUEL

Le vieux monsieur sort des toilettes, le torse nu, au- dessus de l'avancée tendue et impressionnante de son abdomen hypertrophié.
Il tente de m'expliquer que ce matin, la zone de ses organes génitaux est gonflée et douloureuse, comme emplie d'eau elle aussi. Je lui promets d'en parler à une infirmière.

Assis sur son lit, face à la fenêtre double, il émet à chaque respiration comme une prière inarticulée, une plainte, un gémissement. Il dit qu'il a mal, que respirer est une douleur. Comme cette nuit, il appelait en portugais la mère de Dieu.

La gastro-entérologue a appelé l'hôpital pour qu'on me remette sous la perfusion interrompu ce matin par le scaner.
Elle a fait ajouter deux flacons d'antibiotiques. Je ne saurais rien de plus sur ce dont je souffre, et ce dont je suis le premier concerné, avant son passage demain dans la journée.

Pour l'heure, j'ai obtenu la chambre individuelle promise. Au bout du couloir à gauche. la dernière chambre avant la porte vitrée derrière laquelle aides soignantes et infirmières fument pendant leurs pauses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
BONJOUR ANTONIO<br /> Quant nous souffrons le faite de pouvoir en parler atténue peut être légèrement la douleur alors soyons à l'écoute d'autrui.De cette façon on les aides aussi.Bonne journée Jeannette
Répondre